Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mes états d'âmes, mes envies, mes doutes, l'envie de partager mes pensées éphémères, mes idées...un journal non intime

La gifle

La gifle

Elle n'est pas forcément physique !

Je parle des coups bas, des acharnements psychiques, des destructions mentales, de l'hypocrisie, des faux amis, des racontars, de tout ce qui blesse, peut vous prendre en traître, qui vous fait mal, comme une gifle, une baffe !!!

Adultes, enfants, même les animaux, peuvent ressentir cette douleur cinglante qui vous arrive en pleine gueule, comme un uppercut !

ça vous transperce, ça vous cingle comme le froid piquant de l'hiver, comme la pluie glaçante.

ça vous irradie de toute part, à en rougir de mal, à en pleurer.

De toute les manières, j'en ai reçu, et j'en reçois encore, comme une humiliation ultime, une emprise menaçante, un rabaissement de l'estime de soi.

Ma main s'est trop de fois, elle, aussi, levée, pour se rabattre froidement, lâchement, massacrante, car même sans toujours atterrir, elle a eu le temps d'apeurer, a eu le temps de mépriser, de désaimer !

Ma parole a aussi été cruelle, et méchante, et frappante. Je ne suis pas innocente, j'ai mes défauts, je ne fais pas qu'accuser, car je suis fautive, fautive d'avoir trop parler, d'en avoir trop dit, d'avoir fait trop confiance, d'avoir voulu me venger, d'avoir cru, d'avoir voulu frapper le moral par les mots.

Les maux que j'ai pu infliger quelque soit la façon dont je l'ai fait sont de trop, je me sens honteuse, je m'en excuse, mais suis impardonnable.

Alors celles que j'ai moi même reçu, ces gifles qu'on m'a donnée, que ce soit directement, par derrière, par traîtrise, par malhonnêteté, par "amour", par haine, par vengeance, ne seront plus pardonnées, ni excusées...même pas oubliées !

ça restera en moi, profondément...

tu crois que si je reste dans tes contacts, dans tes amis, en lien avec toi c'est parce que je t'aime ou t'apprécie toujours Tu te trompe lourdement, soit je n'ai pas le choix, soit j'ai préféré être mieux que toi en faisant mine d'ignorer, car l'ignorance vaut parfois pire que les maux/mots.

La douleur est intense, mais la cicatrice qu'elle laisse me rappellera sans cesse que je vaux mieux que toi, et je ne sais si l'adage est vrai, entre les remords et les regrets, je ne sais ce qui est mieux, mais je me sens ridicule d'avoir succombée à la colère à ce point, et d'avoir pu rabattre "ma main".

De tout coeur, j'espère guérir de ce mal, et vais essayer de ne plus le faire...................

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article