Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Comme une âme vide

par Sylvia

Rien n'est plus vide qu'une âme encombrée. G.Thibon

Rien n'est plus vide qu'une âme encombrée. G.Thibon

Toute violence vous détruit, qu'elle soit psychologique, verbale ou physique.

On peut en guérir mais elles laissent toutes 3 des cicatrices à vie.

Je suis une victime de cela ! Oui aujourd'hui, mes mots ne sont pas sous entendus, il n'y a pas de métaphore, d'allusion imagée. Non la vérité est que je suis une femme rabaissée par des mots et des actes, meurtrie sur chaque partie de mon corps, dans toute mon intimité. J'en suis sortie vivante, survivante...

Il m'a fallu combattre mes démons intérieurs. Mais le Diable est toujours là, tapi, prêt à faire souffrir pour assouvir ses besoins pervers.

Le pire dans tout cela, ce n'est pas seulement ce qu'il m'a fait personnellement. Non, le pire c'est que pour m'atteindre encore plus fortement, il use d'armes illégales via ma chair/mon sang/ mon tout/ma vie ! Celles que j'ai portées, que j'ai mise au monde, que nous avons élevé ensemble, mais au fond, dont il se fiche royalement.

Sinon comment expliquer cela ? L'Amour filial, l'Amour paternel ne peut passer par ce genre de comportement écoeurant, infecte, ignoble !!!

Ma haine est au summum, et en déchirant des pleurs à mes enfants, il a touché encore plus loin dans mon âme, je suis vidée !

Moi qui souriais à nouveau, qui profitais de chaque plaisir de la vie, de chaque instant qui se présent à moi, aujourd'hui je l'exprime, mon âme a été aspirée, mortifiée.

Je sais que je me relèverai, et que j'affronterai encore toutes les batailles qu'il me lancera. Il le faut pour moi, pour elles, mais la blessure béante du jour, sera à jamais purulente.

Hier, je me suis confiée à un inconnu...je n'avais pas prédit cela.

Pourquoi lui, pourquoi maintenant alors que nous venions de nous rencontrer, je ne sais pas.

Peut être parce qu'il était attentif, à l'écoute, sans jugement ne connaissant les 2 parties, e que son regard apportait de la tendresse.

Mais pour la 1ère fois, je n'ai rien ressenti. Ni joie, ni plaisir, ni satisfaction, ni peine, ni colère, ni d' inquiétude à partager un peu de mon vécu douloureux.

J'étais vide, essorée comme absente de mon corps.

Oui les larmes ont coulé par la suite, mais c'était en souvenir de celles que j'ai vu sur les joues de mes entrailles.

J'ai compris qu'aujourd'hui, personne ne me fera ressentir des émotions, des sentiments. Je veux juste être seule et paradoxalement, entourée de gens pour voir la vie continuait, même si je n'accompagne de mon humeur.

Prendre les nouvelles de chacun, voir leurs expressions, mais moi ne rien transmettre, ni sollicitude, ni complaisance, ni gaieté, ni tristesse.

Lassitude spirituelle, froissement émotionnel, langueur superficielle...âme vide !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article