Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une fin sans début

par Sylvia

Une fin sans début

5 h du mat' ! Je ne sais si c'est le début du jour, ou la fin de la nuit !?

Des mots vont être écrits, des paroles dites aussi cruels que des lames de couteau !

Ceci ne devrait même pas me toucher vu que cette relation est fantomatique, irréelle, inexistante! Pourtant ceci fera écho à mes erreurs, à mes échecs passés et surtout au mal être présent.

Je ne croyais rien tout en espérant tout ! J'avais et j'ai la chance de n'avoir pas que cela, pour ressentir ce besoin, mais je m'y accrochais comme à un radeau, pour arriver vers une embarcation plus solide.

Il n'y avait pourtant rien qui idéalisait ce projet, qui suscitait un tel engouement, mais la manipulation mental ou le désir de l'inconnu m'amenait à vouloir connaître ce fruit défendu.

En parallèle, je connaissais des extases et des gourmandises appréciables, et j'ai bien failli les gâcher pour ce qui n'était que l'apparat de l'opulence, alors que le festin présenté était moisi et gâté.

Les coupes en or et l'argenterie n'étaient en fait que du toc, sur une nappe en papier entachée de salissures non lessivables.

J'ai joué plusieurs parties de dames, où je finissais par être mangée à toutes les sauces, mais je ne voyais que la partie ludique, et non le fait de devoir gagner à chaque fois.

Il y a eu des revanches, des belles et j'en ressentais une grivoiserie assez exaltante selon la mise en jeux.

Je m'en veux donc de n'avoir pas su placer mes jokers et d'avoir dévoilé mon jeu trop vite, une mise à nue non conventionnelle et ainsi une élimination sans détour.

Les règles établies étaient erronées et en faveur d'un joueur, le meneur, mais je n'ai su déceler les dés pipés.

Alors je me suis assise à la table de tapis vert, cocktail à la main, amuses bouches à profusion, sans voir que mon verre se remplissait d'alcool infâmes, au fur et à mesure que je sirotais, tellement j'étais grisée par l'effervescence des tours de passe passe.

Mon repas est froid, sa vue me donne la nausée, mais je n'ai pas envie de m'arrêter là, sans saveur.

Je sais que je partagerai d'autres dîners aux chandelles, peut être romantiques et plus sincères.

Je sais que certains se termineront par des indigestions.

Parfois, je mangerai en solitaire, mais mon régal sera plus rassasié que de partager des mets de pacotille, servis par une personne de mauvaise compagnie.

Dans mon assiette, les lettres se bousculent comme les miettes d'in festin non fastidieux.

Elles forment des mots sucrés/salés, je prends ma cuillère et je mélange.

C'est chaud, je souffle, alors de nouvelles phrases se forment pour écrire de nouvelles pages à cette histoire qui n'a jamais véritablement débutée, et qui se terminera comme moi je l'ai décidé.

Ce sera Ma conclusion, car c'est Ma vie !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article