Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et moi (émoi)

par Sylvia

Et moi (émoi)

Je me souviens de ce cours d'art plastique en classe de 3ème. J'aimais cette matière, mais pas la prof ! Peut être parce que mon frère l'adorait, et qu'à contrario, j'appréciais la prof de français et pas lui ! Ce perpétuel duel de frangins !

Bref, je me souviens du jour où elle nous a demandé de réinterpréter ce tableau de Munch : le cri. De redessiner à notre manière cette expression, ce personnage, ce qui a pu faire que le peintre trace ces traits.

J'étais assez douée, enfin, pas comme une artiste, mais comme élève, et sans l'aide de ma mère (encore une pique pour l'aîné), j'ai recréé cette "oeuvre" comme je le ressentais.

J'ai esquissé en arrière plan un train lancé en grande vitesse, et une femme, remplie d'effroi, d'avoir échapper au happement de justesse.

Depuis, même si j'ai égaré lors d'un énième déménagement mon dessin, je n'ai jamais pu oublier ce que j'avais entrepris, et quand je vois, j'entends, parler de Munch et de son tableau, je ne peux qu'y repenser.

 

Pourquoi en parler ce jour ? Peut être même l'ai je déjà fait dans un précédent article, mais il revient dans mon esprit, quand je suis en proie à un doute, à une mélancolie, un certain mal être, en émoi.

Ce mois-ci beaucoup de choses vont se jouer, paramétrant de façon différente mon chemin de vie. Mais pour cela, il faut que tout se passe comme je l'espère, comme il se doit.

Et c'est là que je vois toujours le côté pessimiste de ma nature resurgir.

D'ici quelques jours, ma liberté identitaire devrait se remettre en place, enfin ! Je prie pour que rien, et surtout que LUI, ne vienne gâcher ce moment tant attendu depuis 2 ans !

Même si mes chaînes se sont défaites de son emprise, de porter ce nom me bloque pour bien des avancées. Malheureusement, j'ai bien conscience que des maillons persisteront toujours !

 

Ensuite, d'ici 2 semaines, je reprends la route de la vie active ! Alors c'est une bonne nouvelle, car un grand besoin, même si le côté pécunier n'y est pour rien vu le domaine et ce que je prends en option pour l'instant, mais cela demande une réorganisation totale de mon quotidien, surtout lorsque nous sommes 3 ! Bien des tracas ! 

Heureusement qu'il y a des sauveurs de bons coeurs engagés à mes côtés. Une chance inespérée.

Puis, il y aura le résultat, redouté, ou logique, de ce que l'imbécillité humaine, la perversité narcissique, a pu engendré.

Je sais n'avoir rien à me reprocher, mais d'en être arrivé à devoir se justifier sur de fausses accusations, à devoir montrer patte blanche alors que lui est noir d'ignominie, c'est affligeant, et cela fatigue intensément.

 

Il y a de bonnes choses aussi, qui me font être un peu comme ce personnage criant, si si, même le positif peut nous donner à réflexion. 

C'est de ma faute aussi, je cogite trop ! Je n'arrive toujours pas à trouver le bouton stop, qui a dû être livré avec mon cerveau, où alors il n'a pas été correctement monté ! Oui, un peu d'ironie, ou d'humour, selon, dans ce petit message qui fait peur !

Cette année, je m'octroie mes 1ères vacances, que j'ai décidé seule, que je choisis selon mon envie, avec qui je veux, dans l'endroit que je souhaite, en me débrouillant seule, et sans que ce soit chez un habitant ! Cool...oui mais stressant; Je ne pars pas seule, et cela demande beaucoup d'engagement et de sollicitations, de vérifications, de pressions.

Les vacances ne sont elles pas destinées à vous relaxer ? Bon on va essayer quand même d'en profiter !

 

Il y a aussi, le fait d'acquérir ce bien, utile, mais qui peut représenter un tel gouffre, mais quand même vachement pratique et libérateur de contraintes ou d'assistanat.

Et surtout, il y a ce que j'éprouve, ce que je désire, mais tellement pas en adéquation avec les connexions que je souhaite. Arriverai je encore à me contenter de si peu, qui est for agréable, mais ô combien si minimes.

Ce n'est pas comme cela que je vois les choses, ce n'est pas comme cela que j'idéalise.

Alors, quand le passé refait surface, même s'il n'a jamais été très loin, mais sur lequel on avait raturé quelques passages, on se prend à se dire que l'on mérite mieux, que l'on vaut mieux, et qu'on espère tant autre chose.

Alors que faire ? Y céder, ou patienter que les choses se déroulent...avec un peut être.

 

Je me tourmente pour tellement de choses, et en parallèle, je me replonge dans mon enfance pour comprendre pourquoi il y a toujours eu autour de moi tant de conflits spirituels, physiques, mentaux, psychologiques, familiaux, sentimentaux.

Pourquoi je n'arrive pas à me défaire de ce système qui se relance inéxorablement,  malgré mes dispositions, malgré le travail que je fais sur moi, malgré les mises en place que j'effectue ?

ça m'irrite, ça m'angoisse, ça m'énerve, ça me lasse...

C'est comme si vous vouliez allumer du feu dans une étendue d'eau. Si aucun combustible n'est à la surface, il y a très peu de risque que cela prenne. Alors, il serait préférable que cette surface de liquide soit faite d'essence afin de l'enflammer.

Avec un peu de chance, les barrières de sécurité me protègeront de cette locomotive filant à toute allure, et je retrouverai la sérénité après avoir crié à plein poumon ma peur, mes doutes, mes craintes sur le chemin que je suis prête à emprunter.

Ce chemin qui s'est éclairci juste après que j'ai pris le virage du changement, pour redevenir MOI.

 

 

 

 

Le cri de Munch

Le cri de Munch

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
toujours un plaisir de venir flâner ici. au plaisir de revenir
Répondre
S
merci de votre passage, et de vos lectures, n'hésitez pas de laisser un commentaire, cela fait toujours plaisir