Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nouvelle pousse

par Sylvia

Nouvelle pousse

La nouvelle saison n'est pas encore arrivée, mais le ciel se dégage plus souvent sur un beau azur, le soleil réchauffe un peu mieux, et dans les herbes de nouvelles pousses se profilent.

 

Ce mois-ci, est pour moi une source d'attente de résultats divers. de mon fait ou de celui d'autrui. Je suis donc impatiente, douteuse, en alerte.

Le 1er acte fut le plus espéré : j'ai récupéré enfin mon identité, celle de l'enfant née il y a 39ans, celle qui s'est combinée à un autre pour le meilleur mais surtout pour le pire.

Depuis 7 ans, je ne possédais plus mon nom, je ne possédais plus mes capacités de femme autre qu'épouse, je ne possédais plus mes valeurs que j'avais tant trimé à mettre en place.

Bien sûr que d'accoler mon patronyme au sien ne devait pas me faire perdre qui j'étais, mais dans cette emprise perverse, c'est malheureusement ce qui s'est passé.

Alors, quand j'ai enfin franchi le pas d'aller retirer ce dossier il y a 2 ans, le but caché, le but ultime, c'était de pouvoir retrouver celle d'antan, et d'effacer ces lettres grotesques de ma carte nationale.

Ainsi, je pouvais casser un, puis 2, voire 3 maillons de la chaîne qui me reliait à lui.

J'y suis allée, le sourire aux lèvres, avec détermination, avec volonté, et avec l'ironie que je pouvais mettre dans les réponses que j'aurai à apporter, et cela a réussi. 

Je suis ressortie "libre" d'un poids immense, réjouie, ravie. Cela se fêtait. 

 

Ensuite, une nouvelle organisation s'offre à moi puisqu'un nouveau destin professionnel me fait face à l'horizon.

Ce n'est pas vraiment l'inconnu, juste un étranger dans mon parcours, que je dois adapté à mon expérience passé.

Je ne crains pas ce nouvel opus, c'est juste un tremplin pour réaliser un meilleur plus tard, juste un moyen de me remettre sur les flots  houleux de cette vie active.

J'y vais également confiante, presque sereine, juste la petite angoisse des 1ers jours, vers un inconnu maîtrisable.

 

Dans mon jardin, les quelques pousses sont juste en train de sortir de terre, je vois d'autres renflements prometteurs d'autres fleurs en devenir, mais ce qui y est planté, ça je n'en sais rien, ce sera la surprise, la découverte des couleurs des pétales, des variétés florales.

Donc pour le moment, je ne vois que quelques pensées, des pâquerettes, des fleurs des champs. 

Les belles roses, les tulipes, les orchidées, toutes ces majestueuses s'élèveront bientôt..

 

Il me reste une réponse importante, pour connaître la suite des choses, comment gérer une pression qui n'avait pas lieu d'être, mais qui maintenant pèse beaucoup sur la balance.

Je m'en serai bien passée,surtout que je me doute un peu de ce qu'on m'en dira !

Mais en même temps, je dois me dire que ceci n'altérera rien de ce que j'ai entrepris pour refleurir mon jardin personnel, et que malgré les mauvaises herbes envahissantes, de magnifiques floraisons se feront.

De ça, il y a d'autres petits détails qui se grefferont et qui, si cela fonctionne, engendreront d'autres pousses au gré du vent, au gré des soins apportés et qui amèneront donc un parc verdoyant.....un jardin d'eden, un havre de paix, un oasis d'espoir.

Bien sûr que j'ai conscience qu'il y a encore bien des modifications à mettre en place pour que cela soit un ptit coin de zenitude, qu'il faudra un entretien, une patience pour que ce soit comme dans mes souhaits, pour voir à nouveau les papillons virevolter, les oiseaux siffler, entendre le torrent filer.

 

Il me faut encore me débattre avec quelques racines récalcitrantes, des adventices intrusives.

Emotionnellement, il me faut me détacher de quelques parcelles de terre, là où rien de bon, ne peux s'élever, afin d'y cimenter une courette ombragée, afin de m'y poser les jours de grandes chaleurs....

Ou, y construire un débarras, pour y entreposer mes sacs lourds de frustrations, de conflits, de peines, de déceptions. 

Y vider mon coeur, mon cerveau, et libérer mon corps de ce qui me fait encore défaut.

Je n'arrive pas encore à savoir ce que ce puits, que j'ai découvert il y a peu, peut amener à ma propriété, s'il est rentable ou non, si les fondations sont assez creusées ou pas.

Je doute de sa capacité à arroser toute cette étendue, et je m'interroge sur le fermer à tout jamais, le laisser verser quelques lames d'eau sur quelques rangées de plantes, ou l'utiliser pleinement en sachant qu'un jour il risque d'être tari.

 

En attendant, j'avance encore, dans cette existence qui m'est offerte à nouveau, je trace mon p'tit sentier qui mènera un jour au chemin le plus pratique, le plus serein, le plus adapté à ma façon de penser, d'être, à ce que je suis depuis le jour de ma naissance.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article