Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jaune

par Sylvia

Jaune

Le printemps, ses 1ers rayons de soleil, ses 1ères fleurs. Celles qui me viennent à l'esprit en pensant à cette saison, ce sont les jonquilles, jaunes et parfumées.

Aussi, à cette période, les beaux jours refleurissent, on se découvre, on ressort les habits de convenance pour les bons temps, les visages retrouvent leur sourire, disparu souvent sous la grisaille de l'hiver.

C'est l'heure où les insectes refont surface, où on apercevra les abeilles butiner, les papillons déguster le pollen (atchoum ! ah oui les allergies !!), les amours retrouvées, les nouvelles amourettes se compteront fleurette dans les verts pâturages ou sur les bancs publics.

 

Et moi, où en suis je ?

Mon arc en ciel n'a que 3 couleurs à son arceau. Les autres trop pâles, se meurent derrière les nuages blancs cotonneux. 

Je ne sais pas moi même quel est le voeu 1er que je ferai devant les chaudrons remplis d'or, si je devais parler de sentiments amoureux.

Je suis bien ainsi, mais en même temps ne serai pas contre plus, plus de rapports de tendresse, de complicité, de moments partagés, de projets à envisager, de futurs à entrevoir.

Dans la tête, j'ai des tas d'oiseaux qui s'envolent vers un avenir meilleur, de plus beaux jours, assoiffés de liberté retrouvée, ne voulant retournant en cage, même si elle est dorée et répondant à leurs besoins.

Mais, aucun ne vole en solo, ils sont plusieurs centaines à voguer vers d'autres horizons, et tous savent que leur promis(e) se trouve parmi eux.

 

Alors, je regarde autour de moi, et j'observe, je me demande, je me pose, j'analyse, et je ne sais que choisir.

J'ai un peu moins de temps pour me tarauder de questions,enfin, je sers à quelque chose pour quelqu'un d'autre, je me sens utile, alors je peux laisser mon coeur se balader sur les plages de ses vacances, même si il m'envoie des cartes postales pour me raconter ses émois.

Lors de cette soirée, qui nous rappelait celle qui nous a permises de nous délivrer, de retrouver notre jeunesse, notre enthousiasme, notre joie de vivre, de nous défouler, qui nous a fait redevenir nous, un code bracelet était de fait.

J'avais reçu des messages, mais je n'étais sûre de rien. 

Mais même sans parler de sa présence physique, je reflétai en moi tout ce qui me faisait douter de l'option à choisir.

Qu'en était il vraiment de ce que nous étions ? Oui, j'avais conclu y'a peu, j'avais moi même pris la décision puisque rien n'allait dans le sens contraire.

Mais lorsqu'il eut vent que je participerai à cette nuit, sa réaction disait le contraire.

 

Alors, j'ai décidé de porter l'interdiction et l'indécision. On verrait ce qu'il y aurait à entreprendre au moment venu.

Et voilà sa venue, décevante, énervante, voire offensante.

Lui même signe le pacte vert, mais ne le met pas. Ni une ni deux, j'y vais tout de go, et à moi le même barème....pour mieux le cacher quand j'en trouve le reproche inavoué.

1 heure, 2 heures....et rien ! Puis la déception, s'en retourne et puis s'en va....Le rouge s'enflamme, le rouge s'emporte et s'arrache. Interdit de s'interdire ! 

Je continue de danser, et je repartirai comme je suis venue.....sauf que mon passé refera surface au ptit matin, et je le ressaisis sans remord aucun, avec les intérêts qui vont avec.

Juste une piqûre de rappel, juste un souvenir resurgit qui fait du bien, le temps d'une journée.

Puis l'explication arrive. Le vert se veut prioritaire, mais de fil en aiguille, malgré la blessure que je sens se profiler, je ne sais outrepasser mes sentiments profonds, je cède encore,  je me prélasse, je me délasse, je me faufile, et alors je vire au jaune.

 

Je ne voulais de cette solution, mais elle est aussi si agréable, même si c'est se protéger d'un bouclier fait d'acier de pacotille. Les tiraillements, les picotements sont si présents, je ne peux m'en défaire, mais il faut que je préserve au max, que je préconise un ultimatum estival, afin de pouvoir accéder à un avenir plus serein, moins incertain.

Il refuse qu'on revienne au vert d'antan, mais je ne sens toujours pas le rouge arriver, un peu d'orangé, mais si faible, si pâle, et rester à ce jaune vif me pique les yeux. C'est si inconfortable parfois de ne savoir vraiment...car aucune réponse n'est apportée.

Alors je reste sur ce que je désire, ce que je veux, même s'il est facile de me corrompre, mais je garde fermé à clé, sans faire double tour, juste un clic pour protéger encore un peu les cicatrices encore brûlantes.

Ok, je reste sous les rayons du soleil qui traversent les nuages, je respire l'odeur des fleurs de saison,  je perçois les beaux jours qui arrivent, et je me décontracte. 

Je suis comme un ptit poussin de Pâques, éclos, tout nouveau, frissonnant sous le vent encore frais, dont le duvet ne couvre pas encore des agressions temporelles.

 

Je prends, je porte le jaune, pourvu qu'il ne correspond pas à ce qui m'a fait défaut il y a quelques temps en arrière,, ce serait bien ironique....non rien de drôle même au 3ème degré.

Pour lui, c'est signe de connexion, de relation, de duo ce qui se passe, pour moi c'est signe de "peut être", de "possible", de pas sûr"....alors je prend le positif, je rejette le négatif tant que cela se peut, même si c'est souvent difficile, et je remets mon bracelet à sa place......j'attendrai que le vif passe, et si cela devient terne, il faudra que je change de couleur ...c'est à moi de choisir !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article