Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Plume

par Sylvia

Plume

Comme un sentiment de légèreté, comme un souffle d'apaisement, comme une sensation d'effleurement.

Ce bijou m'a été offert il y a peu par amitié, par plaisir d'offrir, parce que des liens se sont créés, forts, comme une maman et sa fille, comme 2 êtres traversant une mauvaise passe similaire, une séparation, comme deux jeunes femmes retrouvant leur jeunesse, leur liberté d'être et de s'exprimer, une soif de vivre et d'en profiter comme il se doit, de mordre la vie à pleines dents comme cela se peut.

C'est un joli symbole cette plume !  L'objet le plus léger au monde, venant d'oiseaux libres, douce comme une caresse, un accessoire de beauté et de sensation grisante.

 

Aujourd'hui, je m'apaise enfin après des semaines de stress, de peurs, de pleurs, de souffrance, de désarroi, d'anéantissement.

Ce cadeau est arrivé un lendemain où mon coeur a eu tant mal, où le désespoir m'a habitait durant des heures durant.

Il a calmé mes chagrins, il a mis sur mon visage un sourire de contentement, de joie.

Il ne me quitte plus, il est là, à mon poignet, il le restera le temps nécessaire à ce que la paix, à ce que l'amitié, à ce que l'amour vivent, existent....

Je sais que rien ne s'arrêtera vraiment le temps de ces moments oisifs, de décompression, que derrière les bosquets, se terrent le mal, prêt à bondir, à enfoncer ses dents lacérées dans ma chair.

Mais je m'immunise en attendant, je me pare des antidotes, des vaccins anti poison, des insecticides contre la vermine.

 

Oui, je serai encore blessée, oui je vais encore devoir combattre, affronter des coups les plus bas, les plus vils.

Mon bouclier, mon armure se fissureront, je devrai panser, je devrai soigner, parfois je serai tant blessée que ma convalescence sera longue, fastidieuse, peut être même cela conduira à des handicaps, mais tant que je ne serai pas allongée sur l'asphalte, me vidant de mon sang, rendant l'âme, alors je me relèverai, même sur une seule jambe pour continuer et vaincre.

Un jour, je serai comme cette plume, légère, survolant tout cela de là haut, et je viendrai me poser doucement sur le trottoir.

Une petite menotte me ramassera certainement, pour m'emporter vers d'autres mains, vers d'autres objets ayant été perdus, abandonnés, pour servir de jeu, pour faire rire aux éclats, chatouiller sous le menton, pour être une caresse sur le dos, mais jamais une plume ne pourra blesser, détruire, faire du mal.

Jamais elle ne pèsera lourd dans les bras de quelqu'un, jamais elle ne sera encombrante. 

Et si elle devient inutile, elle pourra toujours s'envoler à nouveau, au gré du vent, dans la chaleur de l'été,.

 

Mon coeur n'est pas encore si léger, pas encore apaisé, mon cerveau n'est pas tout à fait libre, il réfléchit toujours autant.

Je suis une plume sur le corps d'un oiseau, qui part pour quelque temps dans une région chaude, échappant aux affres de l'hiver, devant surmonter encore quelques désagréments, mais sachant qu'il se posera enfin pour apprécier ce nouvel havre de paix, le temps d'une saison, celle de l'amitié, de l'amour, de la sérénité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article