Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

chavire

par Sylvia

chavire

J'ai fait naufrage, j'allais me noyer, mais heureusement la terre n'était pas loin.

J'ai pas compris ce qui s'est passé, j'y pense encore, je cherche ce qui a déclenché mon chavirage.

Certes la mer n'était pas calme, les vagues roulaient sous mon embarcation. le ciel était gris.

Depuis ma dernière escale dans le sud, il y eut peu de jours d'accalmie, ou si peu qui se suivaient.

J'avais tenté d'amarrer dans plusieurs ports, mais jamais je n'ai pu passer une nuit à terre, tellement les écumes étaient déchaînées.

Je n'ai pas non plus trouver un équipage pour remplacer ceux qui retournaient chez eux, et les marins qui me suivent partout avaient le mal de mer après tant de jours sur l'océan.

Et puis, je savais que ce dernier périple serait périlleux, je savais que 15 jours ne seraient pas assez pour se reposer, sans parler des 3 semaines à venir où je serai seule à bord.

 

J'ai pris le large en ayant regardé la météo auparavant, mais je devais faire ce voyage, je ne pouvais y échapper.

J'avais préparé le bateau, le matériel, les vivres.

Les gilets de sauvetage, les bouées, les fusées de détection, tout était en oeuvre pour ma sécurité.

Mais nous ne sommes jamais à l'abri d'une tempête au milieu de cet élément en furie.

Lui si apaisant, peut devenir le pire de vos cauchemars.

Les mâts ont cassés, les voiles envolées, le gouvernail est devenu fou, et j'ai chaviré, mon embarcation s'est retournée, je me suis retrouvée à l'eau.

J'avais revêtu mon gilet, j'emportais le strict nécessaire dans ma chute, j'étais emportée dans les flots, comme ces morceaux de bois qui flottaient autour de moi.

Je voyais au loin la plage, les palmiers, j'entendais les oiseaux, je n'étais pas si éloignée de la prochaine terre.

Je me suis raccrochée à l'un de ces objets, j'ai nagé, la mer s'était quelque peu calmée, et je me suis allongée, éreintée sur le sable blanc.

 

Scénario de ma vie, lorsque je décide de prendre la mer vers de nouveaux horizons, lorsque des projets se concrétisent, lorsque je me sens mieux, malgré les mille questions qui me taraudent, j'avance.

Et  à un moment, l'ultime face à face, un message, une parole, un acte, je prends sur moi, je garde tout, j'essaie, je surmonte, mais le coup fatal, et je craque, je lâche la pression, et arrive ce qui doit arriver.

Cette fois, c'est moi qui suis en tort, c'est moi qui n'a pas su résister, c'était de trop, je ne comprenais pas, on ne pouvais m'imposer cela, et j'ai craqué, j'ai chaviré.

Il ne m'a fallu que 24 heures pour me relever.

Je ferai ce qu'on me demande, malgré moi, juste pour elles.

Mais j'aspire vraiment à une navigation plus sereine en attendant.

Tant de choses encore m'attendent.

Je n'arrive pas à répondre aux élans de mon coeur, à ma raison, et mon instinct est en perdition dans la tourmente de mes sentiments.

Je suis perdue, telle une naufragée sur une île inconnue. Mais tel un robinson, je prendrai mes repères, je réaliserai des effets pour ma survie, et je me relèverai encore de cet ouragan.

 

Mon coeur est en émoi entre deux. Mon coeur et ma raison se disputent l'élu le meilleur, mais au fond je sais qu'aucun n'est l'idéal.

Alors que faire, me laisser le temps, prendre la décision que je n'arrive à prendre depuis des mois, essayer, me sauver, fuir, me leurrer ???

Prendre à bras le corps mes responsabilités, m'engager dans mon renouveau, franchir le pas, le palier, partir.

Continuer les duels, les combats, aller au front, et monter sur le ring espérant des ko, et pendant 6 mois suivre mes engagements pour leur bien être.

Ne rien lâcher, toujours, le poing lever, la rage au corps, laisser juste couler les émotions, mais repartir de sitôt.

Oui, j'ai chaviré, oui je me suis retournée, mais j'ai trouvé des âmes charitables, j'ai trouvé de quoi survivre, et me construire à nouveau.

Mon coeur choisira, ma raison réalisera, mon instinct suivra !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article