Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Impasse

par Sylvia

Alors ton coeur peut saigner mais pas ton esprit. Si tu meurs moralement alors ton coeur n'a pas de raison de battre.

Alors ton coeur peut saigner mais pas ton esprit. Si tu meurs moralement alors ton coeur n'a pas de raison de battre.

J'ai une phrase que je dis souvent : "on naît pour mourir" tel est notre destin quoiqu'il arrive, quelque soit le nombre des années qu'on vivra sur Terre, quelque soit notre parcours ici bas, ce que l'on entreprendra, qui on rencontrera, pauvre ou riche, seul ou entouré, notre ligne est écrite, mous empruntons le chemin, et nous la finissons fatalement.

Hier, 4 destins, et plus, ce sont dessinés sous mes yeux.

Des larmes, des sourires, des cris, des paroles, des câlins, de la déception, des questions...

Nous nous interrogeons sur le pourquoi du comment.

Pourquoi aimer pour souffrir ? est la plus courante. Je réponds alors ; "Pourquoi naître pour mourir ?"

C'est vrai, à quoi sert une vie ? A en donner d'autres, à laisser une trace, pour qui, pour quoi ??

Que laissons nous aux générations futures si ce n'est une anarchie dévastatrice ?!

Mais c'est ainsi que fonctionne le cycle de la vie, naître, survivre dans ce monde, aimer, détester, apprendre, grandir, vieillir et mourir.

 

Les sentiments ne se contrôlent pas toujours, On peut essayer de les  masquer, de les enfouir, mais ils remontent toujours à un moment à la surface.

Les attirances ne s'expliquent pas, il y a des faits, des actes, des dires, des propos.

On ne comprend pas forcément quelle alchimie se déclenche en soi pour éprouver des sentiments à l'encontre d'un autre.

On teste, on progresse, on planifie, à 2, ensemble, à plus.

Que ce soit physiques, charnelles ou morales, des connexions se font et se défont chaque jour que Dieu fait.

Sur notre parcours terrestre, nous empruntons chaque jour de nouveaux sentiers.

Nous les parcourons seul, accompagné d'un conjoint rencontré sur le bord de la route, nous les poursuivons, pour la plupart, avec le foyer que nous avons créé, que ce soit familial, ou amical.

 

Que l'on marche sur des plans sablonneux, caillouteux, goudronnés, que l'on prenne à droite, à gauche, tout droit, qu'il y ait des stops, des sens interdits, des feux verts, nous avançons, et nous ne devons surtout pas repartir en arrière, si ce n'est pour évaluer le chemin parcouru et être fier de ce qu'on a traversé et enduré.

Sur ma voie, j'ai fait diverses rencontres, de découvertes, d'apprentissages.

J'ai vécu des histoires différentes, plus ou moins belles, d'autres affreuses, tristes, lamentables. Certaines m'ont appris à me relever, à me surpasser, à toujours avoir le poing levé.

D'autres m'ont mise ko, m'ont fait grandir, m'ont donné une chance d'exister.

J'ai réalisé des projets, concrétisé des rêves, et j'ai été déçue.

En ce moment, je suis sur l'asphalte de l'hiver, Je doute, je ne comprends pas tout, et je suis à la fois impatiente et trop dans l'attente.

J'aime, je renie, je ne sais plus.

Je suis libre, et en même temps liée....mais ces liens sont fragiles, désaccordés.

 

L'amour est bien complexe.

On veut aimer et être aimé.

On veut partager, échanger, mixer.....mais on ne doit pas s'oublier, se désintégrer, ni souffrir.

On idéalise, on a des objectifs, tout ne va pas de soit.

On veut comprendre, on ne saisit pas tout.

On ne connait jamais vraiment quelqu'un, malgré le temps, les années, les intérêts, les attentions.

Aller trop vite, être trop lent, on ne sait quelle demie mesure prendre.

On accepte, on tolère, on supporte, on aime.

On refuse, on nie, on sature, on déteste.

Cela peut aller si vite de l'amour à la haine, il n'y a qu'un pas.

Il faut être sur une même longueur d'onde et avoir des points de divergence pour ne pas sombrer dans la monotonie.

L'amour n'est vraiment pas simple.

C'es une impasse...Parfois, on a un passe, qui mène ailleurs, qui ouvre toute les portes se trouvant sur nos passages. Parfois on ne possède qu'une clé, il faut savoir avec quelle serrure elle fonctionne. Ou bien faut il le mot de passe, le code, la formule magique, un sésame pour pouvoir ouvrir celle de notre avenir.

Notre coeur, notre raison, notre instinct doivent nous conduire à faire le bon choix, mais rien n'est évident, et surtout pas en Amour.

 

Ce qu'il faut retenir, c'est que l'amour fait mal, tôt ou tard, on perd celui qu'on aime, quelque soit la façon, on devra faire le deuil.

Il laissera des blessures béantes qu'il faudra panser, guérir.

Cela laissera des cicatrices à vie, qui pourront s'infecter encore de temps en temps, lorsqu'une nouvelle lame viendra l'effleurer.

A nous de ne pas sombrer, de tout faire pour arrêter les saignements, pour ne pas avoir plus mal, et de donner toujours espoir d'aimer à nouveau.

Ce qui est certain, vaut mieux les douleurs du coeur, que celles de l'âme, car si ton esprit est touché, tu te meurs.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article