Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les larmes de ton mal

par Sylvia

Les larmes de ton mal

Sa main tremble, elle est abasourdie, assommée, elle n'en revient pas, elle l'a fait, elle n'aurait pas dû, et le regrette aussitôt, mais c'était la fois de trop, la colère qui dépasse tout, l'incompréhension de ce déchaînement qui déferle sans cesse, sans savoir pourquoi, sans savoir comment y remédier, alors sa main l'a fait, elle en tremble, elle a mal.

Il y a des actes que tu as subi, que tu ne veux plus voir dans ta vie, dans ton présent, ni dans ton futur, et tu interdis l'autre d'avoir recours à ces actes de faiblesse, de lâcheté, d'agressivité gratuite.

Tu te demandes comment on peut en arriver à ces extrémités, dans un quotidien, dans un si jeune corps, dans une vie qui commence à peine....

Tu as été la victime de cette barbarie, tu as été coupable de la nervosité extrême qui t'a conduit jusqu'à ce même comportement minable, ignoble, et tu avais promis que dans ce lendemain qui se présentait, rien ne sera plus pareil, et que tu ne réitérerai pas cela.

 

Elle regarde ses doigts fébriles, ce visage d'ange, ces larmes qui coulent, les siennes, les leurs, et son coeur est en désarroi.

Elle s'inflige ce qu'elle vient de commettre par erreur, par fatigue, par dépassement de nerfs.

La main est rougie, le souffle est saccadé, les bras s'empoignent, pour se consoler, pour se pardonner, mais la douleur est vive, et rien ne pourra l'effacer, même pas la paix retrouvée.

Car on y repensera, comme elle repense à ces années de souffrances, de coups portés, d'humiliations, de rabaissements, de menaces, de fragilité due à la violence engendrée, qui a empoisonné son existence.

Les pensées qui t'oppressent à ce moment où tu frappes ces mots sur ton clavier, opprime ton coeur, malgré les pleurs séchés depuis.

Les câlins, les baisers, les tendres paroles ont remplacé depuis ce mal qui est entré inopinément dans ton antre.

Mais tu ne comprends toujours pas comment, pourquoi cela a enseveli ce que tu avais eu tant de mal à ériger.

 

Elle aimerait pouvoir échanger encore les rôles, pouvoir prendre leur place, et quitte à subir encore la méchanceté perverse, elle serait prête à tout pour leur tranquilité.

Tu repenses à toutes les années passées à te battre, à chaque instant où tu dois veiller à ne rien concéder, à ne plus faiblir, mais tu vois cette main, vieillissante, parfois si douce, parfois si dure, si affligeante, si caressante, tout et rien, venant en aide, ou pouvant faire mal, qui a tant voulu la mort, mais qui a été le 1er contact de l'amour !

Tends la vers le meilleur, vers la douceur, vers ce sentiment si pur, si tendre, si éternel.

Ne la laisses pas devenir ce que tu ne veux pas, celle qui fera verser les larmes de ton mal, de son mal, de leur mal...........

Pleures de joie, ne pleures plus de douleur.........c'est sa prière, c'est ta prière, c'est notre prière.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article