Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La base d'un amour

par Sylvia

La base d'un amour

Vivre une relation à 2, entreprendre une vie ensemble, vouloir fonder un foyer, viser les étoiles, et voir loin à l'horizon, c'est le but de beaucoup d'entre nous.

J'ai déjà tenté par 3 fois ce projet, j'ai plus ou moins monter un édifice avec chacun de mes "partenaires" de parcours sentimental.

A chaque nouvelle route empruntée, je posais les 1ères pierres devant être la base de ma fondation amoureuse.

Le terrain loué, était délimité. On façonnait chaque jour notre construction en y mettant de l'argile, du ciment, du béton.

Les murs s'élevaient, et bientôt l'architecture prenait forme sur la dalle que nous avions coulée au commencement de cette histoire.

Par 3 fois, des fêlures sont apparues, des fissures zébraient les pans de notre maison, le toit  perdait ses tuiles, la pluie et le vent s'infiltraient dans chaque embrasure laissée par l'érosion de cette fondation que nous avions bâtie par la force de nos sentiments.

 

Si cela n'a pas tenu, c'est qu'il y a eu des vices de fabrication, le matériel fourni, les matières utilisées, mais surtout les piliers érigés étaient poreux, car la sincérité n'était pas véridique, car l'irrespect et la malhonnêteté prédominaient, car ce n'était pas le bon dosage d'amour.

En fait dans ces 3 constructions que j'ai tenté de bâtir, 2 ont ressemblé à  un foyer, composé d'amour, de projets...l'autre n'était qu'une masure de paille, qui a vite était soufflée par les bourrasques.

Dans celles qui ont pris une importance pour moi, la 1ère, fut faite de bois, et après 3 années, elle partie en fumée faute d'avoir trop attiser les braises qui rougeoyaient dans l'âtre, alors que cela ne nous réchauffait déjà plus assez.

La dernière en date, j'ai cru que j'avais utilisé les bonnes briques, que j'avais réalisé le plan comme un chef de chantier hors pair, sauf que la bétonneuse avait été trafiquée, que les tuyaux étaient percés, et que sous la dalle bétonnée se trouvait un cadavre moulé dans le ciment !

Son fantôme hantait cette famille de pacotille, qui n'était que leurre face au monde, et cette villa s'est effondrée dans le précipice, construite au bord d'une falaise friable.

 

Aujourd'hui, je ne veux m'appuyer contre des piliers, pour me protéger des tempêtes et ouragans, j'ai décidé que la base de ma future fondation devait être la plus sécurisante, la plus solide, la plu stable pour durer des années durant face aux intempéries de la nature.

Pour cela il fallait que je réalise une matière faite de tous les éléments nécessaires, fiables et de 1ère qualité.

Et je ne devais compter que sur moi même, mes valeurs, mes connaissances, ma volonté, mes espoirs, ma confiance !

Alors, après avoir mis tout cela en place, vérifier que tout était aux normes, qu'aucun défaut ne viendrait anéantir la base de mon essentiel, oui alors je pouvais rajouter des pavés, des briques, des tours, des façades, des portes, des fenêtres, un toit, édifier un endroit digne d'être habité, où l'on serait protégé, respecté et aimé.

Des éléments nouveaux pourraient s'y greffer, afin de bâtir une fondation encore plus solide, plus aimante, futuriste, dans un présent plus serein, plus apaisant.

Et si un jour, un cyclone venait à arracher des tuiles, des volets, briser des carreaux, que cela ne nous affole pas, car nous aurons pensé à nous mettre à l'abri dans ce qui nous sert de bunker, à la base de ce que nous aurons créé pour notre survie émotionnelle.

 

Aimer c'est regarder ensemble vers l'horizon, c'est se projeter dans les lendemains, c'est être complémentaires, c'est partager, échanger, mais c'est surtout être soi avant tout, ne pas s'oublier, savoir qui l'on est, compter sur soi, et si à 2, ensemble, main dans la main on peut poursuivre d'édifier notre amour encore plus loin, encore plus haut, tant mieux....ne pensons pas à la chute mais sachons nous préserver en prévision, et ne nous appuyons pas sur des piliers fragiles.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article