Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souillée dans ma bataille

par Sylvia

Souillée dans ma bataille

Encore sa main qui se lève et se rabat pour empoigner mon bras puis le sien, nous tirant fort pour nous extraire de nos sièges
Encore sa voix qui vocifére et siffle des mensonges et des perfidies à vous percer les tympans.
Encore une incompréhension, une angoisse avérée, la peur qui se lit dans ses petits yeux brouillés de larmes.
Encore cette pourriture qui envahit notre espace vital et nous lacere de sa haine et sa colère.
Encore mon désespoir, mon abattement , ma force qui se rebelle pour combattre le diable.
Encore ce déchirement de ne pouvoir me battre à armes égales, d être écoutée entendue comprise, encore mes pleurs et ma rage pour m anéantir.

Je n aurai pas l épaule souhaitée, je n aurai pas les paroles apaisantes, je n obtiendrai pas cette compassion avisée, je n aurai pas la reconnaissance justifiée.

Je me sens salie, souillée, je souffre en dehors mais ma douleur est plus vive à l intérieur. Je verse des sanglots d écoeurement, des larmes acides ameres destructrices.
Une barre de fer m encercle le crâne, ça fuse dans mon cerveau, ça bouillonne et je suis prête à exploser.
Je n en peux plus. Mes larmes ne se tarissent pas.
Les images du passé ressurgissent, s enboitant à celles d aujourd'hui, de ce soir si appréhendé qui lui appartenait.

Mon coeur est brisé, celui de maman, celui de femme, celui d être humain.
Il est laceré de toute part. Il est meurtri , blessé, il se meurt a petit feu.
Si je survies ce n'est que pour leurs vies à elles, mais mon envie n est que de disparaître pour ne plus jamais rencontrer cette pourriture.

Je vois l ombre noire menaçante planer au dessus de moi et ce n'est pas le néon jaune qui pourra m éclairer dans cette obscurité car cela se fait ici, à cette place, et qu ici il n'y a pas de justice.
Et même si un jour on entendrait nos complaintes, il existera tjs pour lui un moyen de s infiltrer insinueusement jusqu'à nos entrailles pour nous ecrabouiller de sa seule grande patte vicieuse.

Je suis extanuée, je suis affaiblie, il faut me reposer mais mes pensées sont envahies par ce démon et mes muscles ne se détendent pas.
Il me faut encore attendre, patienter, espérer, prier...Seule....Encore et encore...
Et demain je me battrai à nouveau, sur ce banc, je l entendrai me salir, me juger, mes larmes couleront, je serai souillée mais je ne m avouerai jamais vaincue.
Elles sont mes filles ma bataille....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article